C'est sans aucun doutes, le milieu le plus compliqué à pratiquer et à maîtriser, il offre des conditions extrêmes à ses habitants, tant sur le plan physique (températures basses et débit élevé) que biologique (pauvre en nourriture). Mais les poissons bénéficient aussi d'une eau claire et limpide sans pollutions et bien oxygénée.

Le torrent est caractérisé par des eaux froides, vives et bien oxygénée par un substrat de blocs rocheux. Des insectes s'y sont adaptés grâce à un corps aplati, qui offre moins de résistance aux courants, et des pattes robustes leur permettant de s'agripper fermement aux rochers. Les plus connus font parti de la famille des heptagéniidés comme les Heptagenias, Ecdyonurus et Epeorus qui ressemblent à de petites araignées.

De nombreux poissons évoluent dans les torrents mais le plus présent est sans doutes la Truite Fario. En fonction de l'environnement sa robe change de couleur afin de lui permettre de se fondre dans le décor plus facilement. Elle n'est cependant pas la seule car d'autres salmonidés comme le Saumon de fontaine ou le Cristivomer ont été introduits. D'autres petits poissons comme la Loche, le Chabot ou le Vairon, qui sont une grande partie de l'alimentation des salmonidés, fréquentent ces eaux fraiches.

Il reste souvent difficile de pêcher en torrent, la progression pour accéder aux emplacement étant parfois risquée et peut nécessiter de nombreux kilomètres de marches. Les postes ne sont eux-aussi jamais sûrs car en fonction de la période, les fontes des neiges peuvent rendre l'accès ou la pêche impossible. La dérive naturelle des appâts est un autre soucis du aux puissants courants, il faudra donc essayer de trouver un emplacement à l'abri du courant principal, dans les amortis et les fosses, où se regroupent souvent les truites.

Les meilleurs résultats pour la pêche en torrent sont souvent en début de saison, contrairement aux autres milieux, car à partir d'avril ou de mai, certains torrents se transforment en véritables fleuves de boue.