On utilise cette technique quand aucun gobage ne semble se manifester en surface, ce qui ne signifie pas que le poisson n'est pas en activité. Il peut en effet se nourrir d'insectes sous l'eau.


C'est une technique assez difficile car on ne voit pas le leurre, il faut le manier au jugé.De manière générale si le courant est assez puissant il ne sert a rien d'animer sa mouche, en revanche dans les rivières lentes, l'animation joue un rôle essentiel. Il ne faut pas donner de grands coups mais plutôt jouer avec la mouche pour lui donner un aspect d'insecte en formation remontant à la surface.

Le touche se présente de façon discrète, par une légère tirée sur le fil, il faut alors ferrer sans retard car le poisson recrache le leurre. Le plus compliqué reste de sentir la traction, si certains poissons mordent franchement, d'autres sont beaucoup plus discrets, la touche se manifestant par un petit choc à peine perceptible.

Le travail du poisson en mouche noyée est différent de celui en mouche sèche, car on fait parfois évoluer le leurre assez profond et le poisson peut se précipiter rapidement vers un refuge. Il faut tenter de le garder dans sa veine d'eau et l'empêcher de se précipiter vers les racines du fond. C'est pour cette raison que l'on pêchera sur un fil un peu plus fort qu'en mouche sèche.

Il est inutile de sécher une mouche noyée destinée à évoluer sous la surface de l'eau, mais il faut l'humecter de salive au sortir de la boîte pour qu'elle coule mieux.